Une cognition amoindrie

Une étude portant sur des sujets bipolaires ou schizophrènes a étudié l’influence du tabagisme sur la fonction cognitive et la fonction d’adaptation. Cette étude concernait 300 sujets bipolaires et 400 schizophrènes dont le tabagisme moyen s’élevait à 12 paquets années. Cette population était surtout composée de descendants de juifs d’origine ashkenaze (Europe centrale et orientale).

Le taux de tabagisme était comme on peut s’en douter, deux fois plus élevé chez les schizophrènes que chez les bipolaires. Le mécanisme de cet impact négatif du tabagisme sur la fonction cognitive est inconnu, les auteurs vont jusqu’à penser que ce sont peut-être les troubles de l’adaptation que présentent ces sujets qui sont à l’origine de leur tabagisme ou tout au moins de leur refus des incitations à moins fumer !

Les auteurs concluent que les patients qui continuent à fumer ont un fonctionnement cognitif plus mauvais que les anciens fumeurs ou que ceux n’ayant jamais fumé !

Source

DEPP CA. et coll.

Current smoking is associated with worse cognitive and adaptive funtioning in serious mental illness. Acta Psychiatr Scand. 2015 : 131 : 333-341

http://www.jim.fr/e-docs/autres_consequences_nefastes_du_tabagisme_au_cours_de_certaines_maladies_psychiatriques_152501/document_actu_med.phtml

Tagués avec :
Publié dans Analyses scientifiques

Publié récemment sur facebook

Facebook By Weblizar Powered By Weblizar

L’accès Premium

Rejoignez l'association et bénéficiez d'un accès complet à tout le site et d'un abonnement à notre newsletter d'information.

La lettre de Tabac & Liberté

Devenez formateur !

Vous êtes un professionnel de la santé désirant rejoindre les rangs de nos formateurs ? Contactez-nous

Connexion

Mot de passe perdu ?