Phobie sociale et dépendance tabagique

Gilbert Lagrue et al. rapportent leur expérience de l’évaluation de la phobie sociale dans leur centre de tabacologie.

Chez les fumeurs les plus dépendants (Fagerström > 6) les auteurs utilisent systématiquement deux auto-questionnaires : le HAD et le Beck (forme abrégée en 13 questions) et un entretien psychologique basé sur le DSM IV, le mini-interview structuré.

Résultats sur 90 fumeurs dépendants des troubles psychopathologiques sont retrouvés dans 34 % des cas. Les troubles anxieux apparaissent chronologiquement les premiers sous forme d’anxiété généralisée, de phobie sociale et de manque de confiance en soi : ceux-ci font le lit de la dépendance tabagique et alcoolique au minimum. Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes avec en plus des épisodes dépressifs. Ces troubles doivent être dépistés et traités le plus souvent par des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et par les thérapies cognitives et
comportementales (TCC).

Source

Lagrue G, Mautrait C, Béhar C, Cormier S, Pélissolo S – Phobie sociale et dépendance tabagique – Courrier Addict 2003 ; 5 : 110-111

Publié dans Analyses scientifiques

Publié récemment sur facebook

Facebook By Weblizar Powered By Weblizar

L’accès Premium

Rejoignez l'association et bénéficiez d'un accès complet à tout le site et d'un abonnement à notre newsletter d'information.

La lettre de Tabac & Liberté

Devenez formateur !

Vous êtes un professionnel de la santé désirant rejoindre les rangs de nos formateurs ? Contactez-nous

Connexion

Mot de passe perdu ?